LE 11 NOVEMBRE

Le 11 novembre est un jour férié en France. Ce jour là, on se souvient des soldats morts pendant la Première Guerre mondiale et depuis 2012 de tous les soldats morts pour la France.

Le 11 novembre marque la fin de la Première Guerre mondiale qui s’est déroulée entre 1914 et 1918. De nombreuses cérémonies sont célébrées devant les monuments aux morts des villes pour rendre hommage aux soldats français morts durant ce conflit. On appelait ces soldats « les poilus » (en raison de leurs barbes et moustaches) . Aujourd’hui, il n’existe plus de soldats français vivant de la Première Guerre mondiale.

LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

Le 28 juin 1914, l'Archiduc François-Ferdinand qui règne en Autriche-Hongrie, et sa femme, sont assassinés, tués en visite à Sarajevo.

 

L'Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie le 28 juillet et le conflit entraîne la Première Guerre mondiale. D’un côté il y a la Triple-Alliance (Autriche-Hongrie, Allemagne et Italie), de l’autre la Triple-Entente (Russie, France et Grande-Bretagne). D’autres pays vont rejoindre la Triple-Entente comme les Etats-Unis, le Japon. Tous ces pays vont se battre. Les combats vont se dérouler sur terre, mais aussi sur mer, sous mer et dans les airs. De nouvelles armes ont été crées comme le zeppelin (un ballon gonflé d’air qui survolait le territoire ennemi) mais aussi des gaz pour tuer l’adversaire.

La Première Guerre mondiale a duré 4 ans et fait 8 millions de morts.

 

LA FIN DU CONFLIT

Le 11 novembre 1918, à 6 heures du matin, les Allemands signent l’armistice, la fin de la guerre, dans la clairière de Rethondes, près de Compiègne, dans l'Oise.

Cette signature se déroule dans un wagon-restaurant aménagé du maréchal Foch.

Sont présents le général Weygand, le maréchal Foch (debout) et les amiraux britanniques Rosslyn Wemyss et G. Hope, le ministre d’État allemand Matthias Erzberger, le général major Detlof von Winterfeldt de l’Armée impériale, le comte Alfred von Oberndorff des Affaires étrangères et le capitaine de vaisseau Ernst Vanselow de la Marine impériale.

Des chefs de l’armée allemande et des Alliés (Russie, France et Grande-Bretagne) se sont retrouvés dans le train pour signer ce document. Le cessez-le-feu prend effet à 11 heures précises. A cette heure-là, les cloches des églises ont sonné partout dans le pays pour annoncer la bonne nouvelle. Les combats devaient s’arrêter. Les pays envahis (La France, la Belgique et le Luxembourg) devaient être évacués rapidement. Plus tard en 1919, à Versailles, ils signeront le traité de Versailles.

A 10 h 45 du matin, soit 15 minutes avant l'heure du cessez le feu, Augustin Trébuchon a été le dernier soldat français tué, estafette de la 9e compagnie du 415e régiment de la 163e division d'infanterie. Il meurt d'une balle dans la tête alors qu'il porte un message à son capitaine.

 

Le 11 novembre 1920, le corps du soldat inconnu est déposé sous l’arc de triomphe à Paris en hommage à tous les "poilus", les soldats ayant combattus pendant la première guerre mondiale. Ce soldat est mort pendant cette guerre. Il a été choisi par Auguste Thin : ce soldat se trouvait devant 8 cercueils. Le ministre André Maginot lui a demandé de déposer un bouquet de fleurs sur l’un des cercueils. « Celui que vous choisirez sera le soldat inconnu, que le peuple de France accompagnera demain sous l'Arc de triomphe » a déclaré le ministre.

 

Le wagon où a été signé l'armistice a été transféré en Allemagne après la signature de l'armistice en 1940 et exposée à Berlin. Il fut détruit en avril 1945 par les SS, sur ordre d'Hitler; un mois avant la capitulation allemande lors de la seconde guerre mondiale. Aujourd'hui, un wagon similaire, issu de la même série de 1913, est exposé dans un mémorial sur le site de la clairière de Rethondes dans la forêt de Compiègne.

DES CONSÉQUENCES DE CETTE GUERRE

Après la guerre, les populations étaient sous le choc car beaucoup de soldats ne sont jamais revenus. Des maladies se sont répandues à travers l’Europe. Il a fallu reconstruire les villages, les routes. Les frontières des pays ont changé. Certains territoires ont profité de le la défaite pour devenir indépendants. Bien entendu, tout le monde espère qu’une telle guerre ne se reproduira pas. On espérait que ce serait « la Der des Der ». Pour cela, le président américain Wilson proposait la création d’une Société Des Nations (SDN) pour assurer la paix entre les états.